Église catholique

Histoire abrégée

1974 – Les premiers pas!

Au printemps de 1974, un petit nombre de francophones se rassemblent deux fois par mois à l'église Sts-Martha and Mary à Mississauga pour les célébrations eucharistiques avec l'abbé Justin Desroches.  Avant son départ en 1976, l'abbé Desroches contacte Mgr Thomas B. Fulton, évêque auxiliaire pour s'assurer d'un suivi aux messes du dimanche déjà en place.

1974 – Les premiers pas!

Au printemps de 1974, un petit nombre de francophones se rassemblent deux fois par mois à l'église Sts-Martha and Mary à Mississauga pour les célébrations eucharistiques avec l'abbé Justin Desroches.  Avant son départ en 1976, l'abbé Desroches contacte Mgr Thomas B. Fulton, évêque auxiliaire pour s'assurer d'un suivi aux messes du dimanche déjà en place.

1976 – La création d'une mission

Son Excellence Mgr Pocock, archevêque du diocèse de Toronto, acquiesce à la demande des francophones et permet l'établissement de la mission René-Lamoureux en 1976.  Au cours des deux prochaines années, le père Louis Gay, de l'Ordre des prédicateurs (O.P.) préside aux célébrations religieuses à l'école Mary Fix avant de déménager à l'école élémentaire catholique René-Lamoureux en 1978.  Ainsi le père Gay devient le premier prêtre de la mission René-Lamoureux à desservir les paroissiens et paroissiennes de Peel de 1976 à 1989.

Suite à l'ouverture de l'école élémentaire catholique Sainte-Jeanne-D'Arc en 1978, les francophones de Brampton obtiennent en 1982 la permission de célébrer la messe dominicale dans leur école.  Le père Sablé, professeur au collège St-Michael, est appuyé dans sa tâche par les pères Robert Pelchat, Jacques Morin, ainsi que par le père Ed Jackman O.P.

Au cours des ans, la population francophone se développe, le nombre d'élèves augmente et cela entraîne l'ouverture d'une troisième école élémentaire, celle-ci à l'ouest de Mississauga.  C'est ainsi que l'école élémentaire catholique Saint-Jean-Baptiste voit le jour en 1986.  La messe du dimanche y est également célébrée.

1987 – Une nouvelle page d'histoire est tournée!

Face à de nombreuses démarches et à la persévérance de la communauté francophone, Son Éminence le Cardinal Carter donne à la mission le statut de paroisse, nommée plus tard paroisse de la Sainte-Famille, afin de desservir la communauté de la région de Peel.

La responsabilité de cette paroisse est confiée à l'abbé Viateur Laurin qui devient ainsi le premier curé de la paroisse de la Sainte-Famille.  Toutefois, la paroisse n'a toujours pas d'église.  L'abbé Laurin célèbre les messes aux écoles élémentaires catholiques Saint-Jean-Baptiste et Sainte-Jeanne-D'Arc, alors que le père Gay, assistant-curé, continue à servir la communauté à l'école élémentaire catholique René-Lamoureux, et ce jusqu'à sa retraite. 

Le statut de la paroisse permet de planifier l'obtention d'un lieu plus approprié pour les célébrations.  La paroisse est née, mais il reste encore bien des étapes à franchir avant qu'elle soit bien établie.

Suite au départ de l'abbé Laurin en 1989, l'abbé Justin Desroches est nommé curé de la paroisse de la Sainte-Famille. 

L'abbé Desroches, maintenant seul, assure le soutien spirituel des paroissiens et paroissiennes dans les locaux des trois écoles. Ce va-et-vient incessant sur le grand territoire de la région devient très exigeant pour le prêtre et les fidèles.  De plus, la population augmente et les gens sont désireux de se rassembler en un seul lieu.  C'est ainsi que le projet de trouver un local central adéquat est lancé.

1990 – Un nouveau centre liturgique

La paroisse s'installe dans le nouveau Centre liturgique situé au 256, chemin Britannia.  Les trois communautés regroupées célèbrent ensemble.  Un nouvel élan est donné à cette jeune paroisse. 

En 1994, la communauté francophone se rassemble afin d'obtenir un centre scolaire communautaire qui a pour but de regrouper plusieurs organismes ou institutions sous un même toit.  La section de langue française du conseil scolaire catholique de Dufferin et Peel invite la paroisse de la Sainte-Famille ainsi que le Cercle de l'Amitié, centre culturel et communautaire, à devenir partenaire du projet.

Afin d'amasser des fonds pour la construction de l'église, les paroissiens et les paroissiennes acceptent de quitter le centre liturgique temporairement au gymnase de l'école élémentaire catholique René-Lamoureux. 

1997 – Enfin un lieu propice!

Les travaux de construction du centre complétés à l'automne 1997, les paroissiens et les paroissiennes entrent dans leur église au sein du Centre scolaire communautaire Notre Place.

En janvier 1998, Mgr Terrence Prendergast consacre l'autel et bénit l'église de la paroisse de la Sainte-Famille.  C'est une cérémonie très touchante, et la communauté tout entière s'unit aux chants d'action de grâce. 

2003 – Des défis à relever …..

Après 14 ans de loyaux services, l'abbé Desroches est assigné à Aurora.  Le père Antoine Badr de l'Ordre Antonin Maronite (O. A. M.) prend désormais la direction de paroisse.  En collaboration avec les fidèles, il s'apprête à relever les défis reliés au développement de la paroisse. 

Le nombre de paroissiens et de paroissiennes fluctue et malgré les nombreux efforts fournis pour augmenter les revenus, la paroisse se retrouve dans une situation financière précaire.  Des moyens sont pris pour redresser les finances.  Les nouveaux arrivants, de plus en plus nombreux, se mettent activement au service de la communauté.  Les différents comités et ministères de la pastorale, bien servis par des bénévoles anciens et nouveaux, redonnent un nouvel élan à la vie paroissiale. 

De 2008 à juin 2011, le père Ziad Maatouk, qui complète ses études à l'université York, apporte son appui au père Antoine dans la préparation et l'administration des sacrements, ainsi qu'à la célébration des messes.

2012 – 25e anniversaire de la paroisse

La paroisse s'est agrandie depuis ses humbles débuts grâce au travail et au dévouement de ses prêtres et de ses membres.  De nos jours, elle reste grande ouverte pour accueillir les fidèles et continuer à répondre à leurs besoins spirituels. 

Longue vie à la paroisse de la Sainte-Famille!

1976 – La création d'une mission

Son Excellence Mgr Pocock, archevêque du diocèse de Toronto, acquiesce à la demande des francophones et permet l'établissement de la mission René-Lamoureux en 1976.  Au cours des deux prochaines années, le père Louis Gay, de l'Ordre des prédicateurs (O.P.) préside aux célébrations religieuses à l'école Mary Fix avant de déménager à l'école élémentaire catholique René-Lamoureux en 1978.  Ainsi le père Gay devient le premier prêtre de la mission René-Lamoureux à desservir les paroissiens et paroissiennes de Peel de 1976 à 1989.

Suite à l'ouverture de l'école élémentaire catholique Sainte-Jeanne-D'Arc en 1978, les francophones de Brampton obtiennent en 1982 la permission de célébrer la messe dominicale dans leur école.  Le père Sablé, professeur au collège St-Michael, est appuyé dans sa tâche par les pères Robert Pelchat, Jacques Morin, ainsi que par le père Ed Jackman O.P.

Au cours des ans, la population francophone se développe, le nombre d'élèves augmente et cela entraîne l'ouverture d'une troisième école élémentaire, celle-ci à l'ouest de Mississauga.  C'est ainsi que l'école élémentaire catholique Saint-Jean-Baptiste voit le jour en 1986.  La messe du dimanche y est également célébrée.

1987 – Une nouvelle page d'histoire est tournée!

Face à de nombreuses démarches et à la persévérance de la communauté francophone, Son Éminence le Cardinal Carter donne à la mission le statut de paroisse, nommée plus tard paroisse de la Sainte-Famille, afin de desservir la communauté de la région de Peel.

La responsabilité de cette paroisse est confiée à l'abbé Viateur Laurin qui devient ainsi le premier curé de la paroisse de la Sainte-Famille.  Toutefois, la paroisse n'a toujours pas d'église.  L'abbé Laurin célèbre les messes aux écoles élémentaires catholiques Saint-Jean-Baptiste et Sainte-Jeanne-D'Arc, alors que le père Gay, assistant-curé, continue à servir la communauté à l'école élémentaire catholique René-Lamoureux, et ce jusqu'à sa retraite. 

Le statut de la paroisse permet de planifier l'obtention d'un lieu plus approprié pour les célébrations.  La paroisse est née, mais il reste encore bien des étapes à franchir avant qu'elle soit bien établie.

Suite au départ de l'abbé Laurin en 1989, l'abbé Justin Desroches est nommé curé de la paroisse de la Sainte-Famille. 

L'abbé Desroches, maintenant seul, assure le soutien spirituel des paroissiens et paroissiennes dans les locaux des trois écoles. Ce va-et-vient incessant sur le grand territoire de la région devient très exigeant pour le prêtre et les fidèles.  De plus, la population augmente et les gens sont désireux de se rassembler en un seul lieu.  C'est ainsi que le projet de trouver un local central adéquat est lancé.

1990 – Un nouveau centre liturgique

La paroisse s'installe dans le nouveau Centre liturgique situé au 256, chemin Britannia.  Les trois communautés regroupées célèbrent ensemble.  Un nouvel élan est donné à cette jeune paroisse. 

En 1994, la communauté francophone se rassemble afin d'obtenir un centre scolaire communautaire qui a pour but de regrouper plusieurs organismes ou institutions sous un même toit.  La section de langue française du conseil scolaire catholique de Dufferin et Peel invite la paroisse de la Sainte-Famille ainsi que le Cercle de l'Amitié, centre culturel et communautaire, à devenir partenaire du projet.

Afin d'amasser des fonds pour la construction de l'église, les paroissiens et les paroissiennes acceptent de quitter le centre liturgique temporairement au gymnase de l'école élémentaire catholique René-Lamoureux. 

1997 – Enfin un lieu propice!

Les travaux de construction du centre complétés à l'automne 1997, les paroissiens et les paroissiennes entrent dans leur église au sein du Centre scolaire communautaire Notre Place.

En janvier 1998, Mgr Terrence Prendergast consacre l'autel et bénit l'église de la paroisse de la Sainte-Famille.  C'est une cérémonie très touchante, et la communauté tout entière s'unit aux chants d'action de grâce. 

2003 – Des défis à relever …..

Après 14 ans de loyaux services, l'abbé Desroches est assigné à Aurora.  Le père Antoine Badr de l'Ordre Antonin Maronite (O. A. M.) prend désormais la direction de paroisse.  En collaboration avec les fidèles, il s'apprête à relever les défis reliés au développement de la paroisse. 

Le nombre de paroissiens et de paroissiennes fluctue et malgré les nombreux efforts fournis pour augmenter les revenus, la paroisse se retrouve dans une situation financière précaire.  Des moyens sont pris pour redresser les finances.  Les nouveaux arrivants, de plus en plus nombreux, se mettent activement au service de la communauté.  Les différents comités et ministères de la pastorale, bien servis par des bénévoles anciens et nouveaux, redonnent un nouvel élan à la vie paroissiale. 

De 2008 à juin 2011, le père Ziad Maatouk, qui complète ses études à l'université York, apporte son appui au père Antoine dans la préparation et l'administration des sacrements, ainsi qu'à la célébration des messes.

2012 – 25e anniversaire de la paroisse

La paroisse s'est agrandie depuis ses humbles débuts grâce au travail et au dévouement de ses prêtres et de ses membres.  De nos jours, elle reste grande ouverte pour accueillir les fidèles et continuer à répondre à leurs besoins spirituels. 

Longue vie à la paroisse de la Sainte-Famille!